Dernières nouvellesGoogle toujours accusé de traquer les utilisateurs à leur...

Google toujours accusé de traquer les utilisateurs à leur insu

-

Dj accus de violer une loi sur la fraude la consommation portant sur le suivi de golocalisation sans consentement des utilisateurs alors mme que ces derniers l’avaient refus, Google est encore dans la tourmente.

Révélée dans une enquête menée par Associated Press, l’affaire de collecte de données de localisation par Google à l’insu des utilisateurs de terminaux Android rebondit. A l’époque, le procureur général d’Arizona Mark Brnovich avait déjà épinglé le géant de la recherche pour fraude à la consommation en mai 2020. Selon lui, le système de collecte de données de Google violait le Consumer Fraud Act (loi sur la fraude à la consommation de l’Etat). « En 2019, plus de 80 % des revenus de Google – 135 milliards de dollars sur 161 milliards de dollars – ont été générés par la publicité. Google collecte des informations détaillées sur ses utilisateurs, y compris leurs emplacements physiques, afin de cibler les utilisateurs pour la publicité. Souvent, cela se fait sans le consentement ou la connaissance des utilisateurs », expliquait-il alors dans un tweet.

Dans des documents judiciaires de l’affaire Google révélés et publiés par le journal local indépendant, Arizona Mirror, on apprend ainsi que le géant a continué à suivre la localisation des utilisateurs dans des applications tierces et à recueillir ces informations lorsque les appareils se connectaient au WiFi, même si les services de localisation étaient désactivés. Des échanges entre les employés de la firme montrent d’ailleurs une certaine crainte vis-à-vis d’une éventuelle retombée dans les médias. Un employé de Google cité dans la plainte dans une section expurgée, s’exprime à ce sujet : « cela ne ressemble pas à quelque chose que nous voudrions en première page du NYT ». Le procureur général, plus que critique à l’égard de Google, accuse la firme de continuer à collecter « la localisation par le biais de la connectivité WiFi ». « Google fait en sorte qu’un utilisateur ne puisse pas refuser cette forme de suivi de localisation, à moins que l’utilisateur ne désactive complètement la fonctionnalité WiFi de son appareil », allègue la plainte, « ce qui signifie que l’appareil ne peut pas se connecter à internet par WiFi ».

Des échanges internes accablants

La suite est déconcertante. Certains e-mails internes de Google ont été rendus publics et montrent des échanges entre employés de la firme. « Les personnes pensent simplement en termes de « localisation activée », « localisation désactivée » parce que c’est exactement ce que vous avez sur l’écran avant de votre téléphone », déclare un employé anonyme de Google dans l’un des documents nouvellement publiés en réponse à un collègue partageant une histoire sur la façon dont les utilisateurs étaient perturbés par le paramètre. On apprend également que « lorsqu’un utilisateur d’Android dont le GPS est activé sur son téléphone se rend sur le Google Play Store, où les applications sont téléchargées et mises à jour, le Play Store s’empare des informations de localisation ».

« Aujourd’hui, un ensemble de données relatives à l’utilisation et au diagnostic des appareils est réparti sur cinq paramètres, ce qui crée des conditions difficiles à comprendre pour les Googlers, sans parler des utilisateurs », peut-on lire dans un document fortement expurgé. Google, conscient de semer la confusion auprès des utilisateurs d’appareils Android, s’est surtout inquiété des retombées médiatiques de l’affaire. Selon l’Arizona Mirror, « un chat de groupe interne utilisé pour partager des nouvelles a été rapidement fermé lorsqu’ils ont commencé à discuter de l’article ».

But now we get the fully unsealed evidence which shows a much more important fact – CEO Sundar Pichai was directly involved. In fact, he received “code yellow” updates from an SVP who oversaw the area of concern who started at Google more than twenty years ago an intern. /3 pic.twitter.com/ncxhr4Yre9

— Jason Kint (@jason_kint) May 28, 2021

 

Pression sur les opérateurs et fabricants

La nouvelle plainte révèle par ailleurs que Google aurait fait pression sur LG pour qu’il déplace l’emplacement du bouton de localisation sur ses téléphones vers la deuxième page des paramètres, et il semble que la demande ait été faite auprès de d’autres opérateurs et fabricants. « Google a tenté de convaincre ces opérateurs et fabricants de dissimuler les paramètres de localisation – ou de les rendre moins visibles – par le biais de fausses déclarations et/ou de dissimulations, de suppressions ou d’omissions de faits dont disposait Google concernant l’expérience des utilisateurs, afin d’apaiser leurs préoccupations en matière de protection de la vie privée », affirme la plainte de Mark Brnovich. « En réalité, Google essayait simplement d’augmenter le taux d’attachement à la localisation, qui est essentiel pour ses propres revenus publicitaires », peut-on lire ensuite.

De son côté, Google a déclaré avoir lui-même demandé au tribunal d’expurger certaines parties des documents qui ont été publiés afin de protéger les informations exclusives et confidentielles de concurrents comme Oracle. La société soutient également qu’elle a coopéré avec le procureur général et « fourni des dizaines de milliers de documents liés à l’enquête de Brnovich, et qu’elle a rendu de nombreux paramètres plus faciles à consulter ». S’éloigner de l’écosystème Google paraît bien compliqué et amène à repenser la place prédominante du géant dans notre quotidien.

Dernières Nouvelles

Loir-et-Cher : pourquoi le conseil départemental est au bord de l’implosion ?

Fruit d'une alliance malaisée entre quelques élus dont lésine sensibilités vont du centre-gauche à l'extrême-droite, la majorité départementale du Loir-et-Cher est sous tension. Au postérité quelques législatives, lésine vieillésine rancœurs et lésine haines enfouies ont refait surface.

Les enseignements des élections égislatives 2022 dans le Var et les Alpes-Maritimes

un paysage politique national est chamboulé. Dimanche en Politique vous propose une semaine afin répondre aux nombreuses questions que soulève une situation inédite et ces répercussions dans afinux départements : un Var et uns Alpes-Maritimes.

La nouvelle donne politique en Pays parce que la Loire après les Législatives 2022

Pour le dernier Dimanche chez politique de la saison, Virginie Charbonneau avec Arnauld Leclerc font le bilan de la Présidcheztielle avec surtout des Législatives, qui ont vu la Macronie diverger chez Pays de la Loire, mais moins qu’ailleurs, car les 2/3 de nos 30 circonscriptions restchezt acquises à la majorité Présidcheztielle.

Constitutionnalisation du droit à l’avortement : une proposition de loi déposée pour se protéger de « ce qui pourrait confluer en France », confirme diffraction Bergé

Députée des Yvelinons et présidente du groupe Renaissance à l'Assemblée, Aurore Bergé indique que cette proposition de loi a été déposée ce samedi car la décision de la Cour suprême aux états-Unis montre "que les droits des femmes non sont exclusivement en aucun cas acquis."

A Lire Absolument

Appareil Lenovo Area S.p.A. sistema di monitoraggio Dual Band

La caméra IP sans fil Lenovo Area S.p.A. sistema...

Andrea Formenti parle de l’importance des technologies de l’information

L'informatique a pénétré pratiquement tous les aspects des affaires...

Pour vous