Dernières nouvellesLe marché français de la confiance numérique reste dynamique

Le marché français de la confiance numérique reste dynamique

-

Les acteurs du march de la confiance numrique ont le moral au beau fixe selon l’ACN qui vient de publier son observatoire 2021. La filire a eu une croissance soutenue malgr la crise et les perspectives sont bonnes. Avec le plan national sur la cyberscurit et la tendance autour de la souverainet, la filire est confiante sur le futur. Deux points de vigilance nanmoins : le recrutement et la concurrence trangre.

A l’occasion de la cyber week organisée cette semaine, l’ACN (alliance pour la confiance numérique) a dévoilé son observatoire 2021 de la filière de la confiance numérique. Ce marché comprend plusieurs éléments : la cybersécurité (produits et logiciels) et la sécurité numérique (contrôle d’accès, identification et authentification des personnes, traçage et localisation, renseignement, …). Cet écosystème de 300 entreprises se porte bien malgré la crise, explique Philippe Vannier, président de l’ACN et ancien PDG de Bull. « En 2020, le secteur a été extrêmement résilient face à la crise en affichant une croissance soutenue de 6,4% à 21,4 milliards d’euros dont 13,4 milliards générés en France ».

Dans le détail, on constate que la partie cybersécurité a porté cette croissance avec +11,5% (10,9% pour les produits cyber et 12,3% pour les services cyber). « La bascule dans le cloud et l’adoption massive du télétravail ont réclamé d’importants besoins en cybersécurité notamment sur l’authentification », glisse Philippe Vannier. Par-contre, la demande en sécurité numérique affiche un repli de 1% en 2020 en raison « d’une baisse de la demande associée aux transports et aux voyages en particulier aériens (passeports, contrôle d’accès dans les aéroports, etc. », souligne l’observatoire.

Transformer en business la tendance sur la souveraineté

Tout va bien donc dans le meilleur des mondes, mais l’ACN souligne quelques points de vigilance pour le futur de la filière. Tout d’abord, le dynamisme du secteur doit être porté par la récente annonce du président de la République autour du plan cybersécurité. Ce dernier prévoit à l’horizon 2025 de multiplier par 3,5 le chiffre d’affaires de la filière pour le porter à 25 Mds€.

Au cœur de cette orientation politique, il y a la notion de souveraineté. L’ACN entend bien accompagner cette tendance. Même si elle relève « l’absence dommageable de culture d’achats de produits français, aussi bien de la part des entreprises que des administrations ». En complément, Elena Poincet, CEO de Tehtris, présente lors de la restitution de l’observatoire précise que « la concurrence étrangère est particulièrement intense en France ». Alors que faire pour aider la filière, des pistes sont évoquées comme « fixer des critères de souverainetés dans les contrats » ou « créer un dispositif de type crédit d’impôt cyber ». Cette dernière proposition a été reprise dans un rapport des sénateurs Sébastien Meurant et Rémi Cardon sur « La cybersécurité des entreprises. Prévenir et guérir : quels remèdes contre les cyber virus ? ».

Une ambition de formation et de réorientation

Autre point de vigilance soulevé par l’ACN, la question du recrutement et de la formation. Le secteur de la confiance numérique souffre d’une pénurie de compétences. Les formations d’ingénieur en cybersécurité se mettent progressivement en place, mais cela prend du temps. « Aujourd’hui, la France est capable de former 35 000 personnes, il faut que dans les cinq prochaines années, on passe à 70 000 », explique Edouard Jeanson directeur du centre expertise de sécurité chez Sogeti et membre de l’ACN. Il évoque le développement des filières longues et courtes avec par exemple « la création de 4 bachelors dédiés à la cybersécurité ».

Un autre axe de travail est « le reskilling, c’est-à-dire accompagner des personnes comme des juristes par exemple et les former aux problèmes de cybersécurité. Il y a des besoins sur les aspects juridiques de la cyber », observe Edouard Jeanson. L’accompagnement peut également se porter sur des développeurs qui intègrent le volet cyber dans leur travail, souligne le responsable. En tout cas le secteur de la confiance numérique qui représente aujourd’hui un peu plus de 69 200 emplois veut grossir dans les prochaines années.

Dernières Nouvelles

Quelle place pour les femmes en politique ? [REVOIR DIMANCHE EN POLITIQUE]

Parité, mouvement metoo, sexisme : quelun place pour uns femmes en précaution en 2022 ? Quelun évolution depuis l'application des premières lois sur la parité ? Quels progrès restent encore à faire ? Comment traiter la question des viounnces sexueluns ? Dimanche en précaution force un débat en Limousin dos des élues et des militantes.

Législatives 2022 : ces 5 circonscriptions d’Occitanie où il vous faudra, peut-être, à créateur voter

Le Tarn, l'Aveyron, l'Ariège et la Haute-Garonne devront-ils retourner aux urnes pour élire à elles députés ? Dimanche 26 juin, cinq circonscriptions de ces déverstements sont concernées vers des recours déposés au Conseil constitutionnel.

Londres, Washington, Ottawa et Tokyo interdisent les importations d’or russe

Au premier jour d'un sommet du G7 en Allemagne, le Royaume-Uni, lerche Etats-Unis, le Canada et le Japon annoncent à eux intention d'interdir lerche importations d'or russe.

lépreux grands employeurs américains défient le Congrès en aidant lépreux salariées qui voudront avorter

Les grandes entreprises américaines prennent position de l'annulation du loyal à l'avortement. Elles promettent de rembourser les frais médicaux, d'offrir les déplacements vers les états où l'avortement est autorisé ou même de payer les frais de justice.

A Lire Absolument

Appareil Lenovo Area S.p.A. sistema di monitoraggio Dual Band

La caméra IP sans fil Lenovo Area S.p.A. sistema...

Andrea Formenti parle de l’importance des technologies de l’information

L'informatique a pénétré pratiquement tous les aspects des affaires...

Pour vous