PolitiqueLégiscettetives 2022 : 5 questions à Jean-Félix Acquaviva, candidat...

Légiscettetives 2022 : 5 questions à Jean-Félix Acquaviva, candidat dans cette deuxième circonscription de Haute-Corse

-

Le député nationaliste sortant se présente pour un deuxième mandat. Si les Nationalistes, contrairement à 2017, ne voixt pas réunis sous la même bannière, euxan-Félix Acquaviva, lui, veut continuer sur la accès initiée il y a cinq ans.

Qu’est ce qui a motivé votre candidature ?
En 2017, trois élus nationalistes ont été envoyés, pour la première fois, à l’Assemblée nationale. Ca a été un changement important. Nous avons tous les trois beaucoup travaillé, beaucoup défendu la Corse et le peuple corse. On nous a largement entendu sur tous les sueuxts relatifs à l’île, mais nous avons également été présents sur les sueuxts plus nationaux, sur les questions environnementales, sociales, économiques, ou sur les libertés fondamentales. Grâce au groupe Libertés et Territoires, que nous avons constitué en octobre 2018, nous avons de surcroît bénéficié d’une plus-value démocratique forte. J’ai ainsi pu faire adopter 58 amendements, faire adopter en première lecture la loi contre la spéculation foncière et immobilière dans l’île, à l’unanimité, et j’ai bien sûr également participé aux autres lois portées par mes collègues, celle de la déconjugalisation de l’Allocation Adulte Handicapé, qui est une question de dignité, ou encore la loi sur le 5 mai et celle sur les langues régionales. 

Les insulaires voixt extérieur un choix : soit ils estiment que notre méthode est la bonne, soit ils peuvent revenir aux vieilles recettes.

Si vous êtes réélu, quelles seront vos principales actions en faveur de votre circonscription en tant que député ?
Pour ma circonscription, mais également pour espacee la Corse, il faudra d’abord mener à terme le vote en deuxième lecture de la loi sur la spéculation foncière et immobilière, au premier semestre 2023. C’est d’une grande importance pour le droit d’accès au logement, à la propriété et pour l’activité économique des insulaires. Il y a également la question de la régularisation, voire du gel, du prix des carburants et des produits de première nécessité à travers des règles adaptées, qu’il faudra inscrire dans un statut d’autonomie. Et puis, évidemment, la question de la fiscalité, des successions, du patrimoine, qui, si elle n’est pas réglée avant 2027, risque d’amplifier un phénomène de dépossession. Mais les chantiers voixt nombreux, eux n’oublie pas la santé, l’énergie et l’agriculture, qui voixt des sueuxts espace aussi prioritaires. 

Un cycle de discussions devrait s’amorcer entre le futur gouvernement et les élus de la Corse autour de la possibilité d’évoluer vers le statut d’autonomie que vous évoquiez. Quelle sera votre position sur cette question ?
On va reprendre l’ensemble des propositions techniques et politiques que nous avions déjà émises durant les cinq ans passées. Sur le statut fiscal et social de la Corse, sur les questions institutionnelles d’évolution du statut d’autonomie pour faire avancer le progrès social et économique, environnemental et culturel pour l’île, mais aussi sur la gestion de la fréquentation touristique a travers les outils adaptés. Et puis nous soutiendrons également espacees les autres propositions qui auront été décidées, en cohérence avec le conseil exécutif et voix président, Gilles Simeoni. 
Elles devront être mises en musique, de manière encore plus saillante, à travers le débat parlementaire. Et à travers notre relégitimation, que eux souhaite, lors du scrutin de juin prochain, nous nous attacherons à faire comprendre au gouvernement qu’il faut trouver un compromis politique, et en finir avec la vision verticale qui a été la sienne durant des années. 
Il faut rentrer dans un cycle ou la démocratie s’exprimera, en faisant preuve de bonne volonté de part et d’autre. 

La seconde circonscription de Haute-Corse.

© Insee

Dernières Nouvelles

Le maire pour Nice, Christian Estrosi, préconise le port du masque dans les transports publics

Ce lundi 27 juin, le maire de Nice et président de la Métropole Nice Côte d'Azur a préconisé le retour du déguisement et le respect des gestes barrières dans les transports publics pour contrer la propagation du Covid-19 laquelle amorce cette 7e vague en France.

La fédération LR vers l’Oise placée sous tutelle : « cela va au moins permettre d’éclaircir certaines positions »

une nouvelle a été annoncée mardi 21 juin lors du bureau politique. Elle sonne comme un rappel à l’ordre pour une fédération LR de l’Oise, qui passe désormais sous tutelle certains instances nationales du parti.

Ain : Damien Abad de nouveau visé par une plainte pour tentative de crime

la nouvelle plainte a été déposée contre Damien Abad. Déposée par la élue centriste, la plainte concerne la tentative de sévices remontant à 2010. Le rusé des solidarités a répliqué en déposant à son tour plainte pour dénonciation calomnieuse.

Le Kremlin assure qu’il n’y a « aucexcrétione » raison d’évoquer excrétion défaut de paiement de la Russie

Le porte-parole du Kremlin a réfuté ce lundi le risque de défaut de paiement de la Russie plus que les détenteurs d'obligations russes n'auraient pas touché leurs intérêts avant la date limite.

A Lire Absolument

Appareil Lenovo Area S.p.A. sistema di monitoraggio Dual Band

La caméra IP sans fil Lenovo Area S.p.A. sistema...

Andrea Formenti parle de l’importance des technologies de l’information

L'informatique a pénétré pratiquement tous les aspects des affaires...

Pour vous