Politiqueles 10 listes qui se présentent en Corse

les 10 listes qui se présentent en Corse

-

Les 20 et 27 juin prochains, les électeurs sont appelés aux urnes pour choisir les élus territoriaux qui siègeront à l’Assemblée de Corse. 

Alors que la majorité est nationaliste depuis deux mandats, 10 listes se présentent à la prochaine échéance électorale dans l’île.

Échec de la coalition nationaliste Pè a Corsica

Suite à l’éclatement de la coalition nationaliste Pè a Corsica (regroupant les partis Femu a Corsica, Corsica Libera et le Partitu di a Nazione Corsa), la famille nationaliste part cette année en ordre dispersé. Tous présentent donc leur propre liste.

Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse sortant, propose une liste d’ouverture « Fà populu inseme ». Présentée dimanche 16 mai, à Corte, elle regroupe certains de ses fidèles comme Marie-Antoinette Maupertuis, Bianca Fazi, Jean Biancucci, Lauda Guidicelli, conseillers exécutifs sortants, ou encore Hyacinthe Vanni, vice-président de l’Assemblée de Corse sortant et Jean-Félix Acquaviva, député de la 2nde circonscription de Haute-Corse.

Parmi les nouveaux visages : Alex Vinciguerra, le président de la Cadec, la caisse de développement de la Corse, Angèle Bastiani, maire de l’Île-Rousse ou encore Gilles Giovannangeli, ancien maire de Lecci.

Gilles Simeoni, entouré de ses colistiers, à Corte.

© Marc-Antoine Renucci

Jean-Guy Talamoni, président de l’Assemblée de Corse sortant, part quant à lui à la tête de la liste du parti indépendantiste Corsica Libera, « Fà Nazione »composée en majorité de militants.

S’y trouvent la conseillère exécutive sortante en charge de la culture et le président de l’office du développement agricole et rural de la Corse : Josepha Giacometti et Lionel Mortini, entré en tant que personnalité d’ouverture, ou encore Laura Poli, conseillère territoriale membre du groupe Corsica Libera à l’Assemblée de Corse et par Petr’Antone Tomasi, président de ce même groupe. Un absent : François Sargentini, conseiller exécutif sortant, président de l’office de l’environnement

Le dimanche 16 mai, à Corte, la liste a officiellement été présentée aux électrices et aux électeurs.

© Marc-Antoine Renucci

Le maire de Porto-Vecchio et secrétaire général du Partitu di a Nazione Corsa (PNC), Jean-Christophe Angelini, lui, propose avec « Avanzemu pè un populu corsu ! » une liste rassemblant au-delà de la famille nationaliste.

Une surprise : la présence de Tony Poli en 7e position. Le président de la communauté de communes de Castagniccia-Casinca était jusqu’alors conseiller territorial membre du groupe « Andà per Dumane », présidé par Jean-Charles Orsucci à l’Assemblée de Corse et également candidat aux élections territoriales. 

La liste du PNC regroupe la majorité des conseillers territoriaux sortants : Vanina Borromei, Xavier Luciani, Pierre Poli, Mattea Casalta, Julia Tiberi, Anne Tomasi, Jean-François Casalta, Joseph Pucci, Jeanne Stromboni, Paul Miniconi.

Jean-Christophe Angelini à la tribune pour la présentation de la liste Avanzemu. A sa droite, Vanina Borromei, numéro deux.

© FTV

Dernière liste nationaliste à se présenter : « Da per noi ». Menée par le chef de file du parti indépendantiste Core in Fronte, Paul-Felix Benedetti, elle est majoritairement composée de militants historiques comme : Véronique Pietri, ancienne de la Ghjuventù Paolina, et le premier adjoint à la mairie de Patrimonio, Jean-Baptiste Arena.

« Da per noi » affiche elle aussi une surprise à la 5e position : Paul Quastana. Ancien de Corsica Nazione et ancien élu territorial, le militant s’était présenté aux élections législatives de 2012 pour le parti Corsica Libera puis s’était retiré de la scène politique, n’occupant plus qu’un siège au conseil municipal d’Albitreccia.

Paul-Félix Benedetti a dévoilé, ce dimanche 9 mai à Corte, la liste du parti Core in Fronte pour les élections territoriales de juin prochain.

© FTV

Une droite unie avec « Un Soffiu novu »

Face au bloc nationaliste, le maire d’Ajaccio, Laurent Marcangeli, se lance dans la course à la tête d’une liste de droite unie : « Un Soffiu Novu ». Cette dernière rassemble les présidents des groupes « La Corse dans la République » et « Per l’Avvene » à l’Assemblée de Corse : Valérie Bozzi et Jean-Martin Mondoloni.

Une union que le maire d’Ajaccio est également parvenu à insuffler jusqu’en Haute-Corse en témoigne, notamment, à la présence d’Anne-Marie Natali en 62e position. Une position symbolique mais qui pèsera sans doute politiquement. Âgée de 85 ans, Anne-Marie Natali a entamé son septième mandat à la tête de la commune de Borgo, quatrième ville la plus peuplée de Corse, en juin dernier.

Ce dimanche 9 mai, Laurent Marcangeli, maire d’Ajaccio, a dévoilé sa liste pour les prochaines élections territoriales « Un Soffiu novu ».

© Pascal Pochard-Casabianca / AFP

Jean-Charles Orsucci part avec une liste renouvelée

Déjà présent dans l’opposition à l’Assemblée de Corse avec le groupe « Andà per Dumane », Jean-Charles Orsucci présente une liste renouvelée et soutenue par La République en marche : « Corse, terre de progrès ». Ainsi, sur les six élus comptait avec son groupe, seule Marie-Hélène Padovani sera de cette liste. Elle se place en deuxième position.

Le maire de Bonifacio propose une liste où se croisent autonomistes de gauche, des marcheurs et des radicaux. Sont notamment présents plusieurs membres fondateurs du Parti Radical Social Liberal : Jean-François Paoli, Hélène Salge et Juliette Dominici.

?Jean-Charles Orsucci tête de liste « Corse, Terre de progrès » aux territoriales de juin prochain est l’invité du Corsica Sera à 19h #Politique pic.twitter.com/VD9uTQRJfv

— France 3 Corse (@FTViaStella) May 15, 2021

Si Jean Zucarelli ne fait pas partie des colistiers, le président de Gauche Républicaine Corse a apporté son soutien à « Corse, terre de progrès » dans un communiqué.

Une liste écologiste et une liste du parti communiste

À gauche, deux listes ont présentés leur démarche. D’un côté Ecologia Sulidaria fruit de l’union de quatre mouvements de gauche et écologistes – Europe Ecologie Les Verts, Générations.S, Nouvelle Donne et Génération Ecologie – indépendante des partis nationalistes. Une première depuis deux décennies.

À sa tête : Agnès Simonpietri, seule femme tête de liste pour ces élections territoriales. Elle connaît bien les rangs de l’Assemblée de Corse : entre 2015 et 2017, lors de la première mandature nationaliste, elle a occupé les fonctions de présidente de l’Office de l’Environnement.

La liste Ecologia Sulidaria a été dévoilée ce mercredi 12 mai à Vizzavona.

© Yann Benard / FTV

Encore plus gauche, Michel Stefani part à la tête de la liste du Parti Communiste Français (PCF) : « Campà Megliu in Corsica – Vivre Mieux en Corse ». Cette année, le PCF part sans le concours de la France Insoumise.

Les communistes ne sont plus représentés dans l’hémicycle de l’Assemblée de Corse depuis 2017. Lors de ce scrutin, la liste Corse insoumise/PCF, menée par Jacques Casamarta, n’avait pas réussi à obtenir les 7 % minimum nécessaires pour se maintenir au second tour, avec seulement 5,68 % des voix.

Le parti communiste a présenté sa liste pour les élections territoriales 2021 dimanche 2 mai, à Bastia.

© Laura Brunet / FTV

Une liste soutenue par le Rassemblement National et une liste souverainiste

François Filoni, ancien adjoint de Laurent Marcangeli à la mairie d’Ajaccio, mène la liste : « Les nôtres avant les autres », soutenue par le Rassemblement National. En 2015, le Front National avait réussi à obtenir quatre sièges de conseillers territoriaux dans un hémicycle où il n’avait plus siégé depuis 23 ans.

François Filoni, tête de la liste « Les nôtres avant les autres » soutenue par le Rassemblement National.

© Pascal Pochard-Casabianca / AFP

Enfin, le mouvement Forza Nova, qui se présente comme « souverainiste », présente également sa liste, « Corsica Fiera », menée par Jean-Antoine Giacomi. Une liste rassemblant des hommes et des femmes de plusieurs familles politiques comme : Pierre-Ange Martini des Républicains, ou Alexandra Maïnetti, ex-membre, comme Jean-Antoine Giacomi, du Rassemblement National.

La liste Forza Nova – Corsica Fiera a été déposée en préfecture de région mercredi 12 mai.

© FTV

Les résultats des élections territoriales de 2017

En 2017, avec 56.46 % des voix, la coalition nationaliste Pè a Corsica avait obtenu 41 sièges, la liste de droite régionaliste menée par Jean-Martin Mondoloni (18,29 % des voix) avait obtenu 10 sièges, Valérie Bozzi, à la tête d’une liste Les Républicains et Comité central bonapartiste (12.57 % des voix), avait gagné 6 sièges tout comme Jean-Charles Orsucci, à la tête d’une liste La République en marche (12.67 %).

Trois autres listes étaient aussi en course lors des dernières élections territoriales. Ne rassemblant pas 7 % des bulletins exprimés, elles n’étaient pas présentes au second tour : le mouvement indépendantiste Rinnovu (6,69 %), Le PCF/La France insoumise (5,68 %) et le Front National (3,28%). 

Dernières Nouvelles

Un jeune élu communal du Cher fait un tour de la Haute-Marne à la recherche d’initiatives locales

Raphaël Ruegger, élu local du Cher, âgé de 21 ans fait un symbole de France des municipalités pour trouver "les idées qui marchent" et les réduire chez lui. Il parcourt pendant une semaine la Haute-Marne.

Gérald Darmanin à Marseilce : trafics de drogue, « ce premier responsabce, c’est ce consommateur »

Gérald Darmanin est à Marfortificationilun pour deux jours. un ministre de l'Intérieur fait un partie sur la stratégie de lutte contre uns trafic de stupéfiants alors que uns morts dans uns règunments de compte fortification multiplient dans un département.

VIcommeO. A l’Assemblée Nationale, les premiers pas comme Quentin Bataillon et Andrée Taurinya, nouveaux députés stéphanois

ceux-ci ont fait leurs premiers pas au Palais Bourbon puis participé à leur première séance dans l'hémicycle. Andrée Taurinya puis Quentin Bataillon ont été élus députés de la Loire le dimanche 19 juin inédit. Une semaine entre découverte, éproposition puis formalités administratives. Avec leur premier rendez-vous majeur : la première séance dans l'hémicycle pour la désignation du président.

Assemblée par Corse : la session spéciale sur la dérive mafieuse aura lieu « très rapiparment »

Jeudi 30 juin, une question oraun du groupe Core in Fronte a relancé un débat sur la session spéciaun de l'Assemblée de Corse concernant la dérive mafieuse dans l’îun. Celun-ci "halo lieu rapidement, à l'automne hominien", a répondu l’Exécutif.

Washington gèle avec d’un milliard de dollars d’avoirs aux Etats-Unis d’un oligarque russe

Le Trésor américain manifeste avoir gelé plus d'un milliard contre dollars d'avoirs d'une société contrôlée par l'oligarque russe Suleiman Kerimov, déjà sanctionné par Washington.

A Lire Absolument

Appareil Lenovo Area S.p.A. sistema di monitoraggio Dual Band

La caméra IP sans fil Lenovo Area S.p.A. sistema...

Andrea Formenti parle de l’importance des technologies de l’information

L'informatique a pénétré pratiquement tous les aspects des affaires...

Pour vous