Politiqueles couleurs de la nouvelle assemblée

les couleurs de la nouvelle assemblée

-

Victoire de la droite qui remporte 28 sièges, la gauche perd deux conseillers, le conseil départemental renouvelé, les conséquences de l’abstention… Voici la nouvelle composition du Conseil départemental de la Corrèze à l’issue du second tour des élections du 27 juin 2021.

Nombre de sièges

En Corrèze, 38 conseillers siègeront au conseil départemental. Ils ont été élus dans les 19 cantons corréziens.

A l’issue du second tour des élections départementales 2021, la droite se renforce en Corrèze avec 28 sièges remportés par les différents binômes d’union de la droite et divers droite. Elle en avait obtenu 26 en 2015.

Face à la majorité départementale de Pascal Coste, président sortant, la gauche perd deux sièges. Au total, 5 binômes de la gauche siègeront au conseil départemental, à Tulle.

Aucune liste du Parti communiste et du Rassemblement national n’a été élue au scrutin dernier.

14 femmes, 14 hommes

16 des 38 élus siègeront pour la première fois au conseil départemental de la Corrèze.

  • Pascal Coste, candidat à sa propre succession à la présidence du département de la Corrèze et Ghislaine Dubost (LR)
  • Patricia Buisson et Didier Marsaleix (LR)
  • Valérie Taurisson et Philippe Lescure (LR)
  • Julien Bounie et Claude Chirac (DVD et LR)
  • Sandrine Maurin et Gérard Soler (LR et DVD)
  • Audrey Bartout et Franck Peyret (LR)
  • Eric Ziolo et Marie-Laure Vidal (DVD)
  • Laurent Darthou et Frédérique Meunier (UDI et LR)
  • Jacqueline Cornelissen et Christophe Petit (DVD et LR)
  • Sophie Chambon et Jean-Jacques Delpech (DVD et LR)
  • Jean-Jacques Lauga et Hélène Rome (LR)
  • Agnès Audeguil et Jean-Marie Taguet (LR)
  • Laurence Dumas Pau-Audubert et Jean-Claude Leygnac (LR/DVD)
  • Christophe Arfeuillère et Marilou Padilla-Ratelade (LR)
  • Rosine Chauffour Robinet et Francis Comby (LR)
  • Sébastien Duchamp et Sonia Troya (PS)
  • Bernard Combes et Annick Taysse (PS)
  • Anthony Monteil et Stéphanie Vallée (DVG et PS)
  • Pascale Boissieras et Christian Bouzon (PS)
  • Jean-François Labbat et Emilie Boucheteil (DVG)

Quelle marge de manœuvre pour la majorité départementale ?

Avec 28 sièges de conseillers départementaux sur les 38 que compte l’assemblée départementale de Corrèze, la droite s’enracine dans ce territoire.

« C’est une majorité confortée dans un département où le rapport de force gauche droite n’est pas si accentué. Malgré cela, il y a une vraie concordance de la vie économique et sociale de la Corrèze qui tourne autour de Brive à droite, devenue un pôle de développement pour la Corrèze. Et par le choix de Pascal Coste de devenir tête de liste départementale et régionale » analyse Thomas Marty, politologue et chercheur en sciences politiques à l’Université de Limoges

« La majorité a les coudées franches pour gouverner, tous les vice-présidents ont été bien réélus. En terme d’aménagement du territoire, ils ont été valorisés par les électeurs. Ils ont été réélus sur leur bilan. De plus, pour valoriser l’image du département, Pascal Coste va aller à la région. On sait très bien que la grande région, même si elle est à gauche, distribue ses subsides quel que soit l’orientation politique des départements. »

Comment lutter contre l’abstention ?

Pour ce second tour, l’abstention en Corrèze atteint 56,31%, en 2015, elle représentait 38,82% des électeurs inscrits.

« L’abstention est supérieure à 70% sur Brive mais le taux moyen hors Brive, Malemort, Tulle est à 53% sur le 1er tour, on a un différentiel de 20 points. On a une usure du pouvoir sur l’agglomération de Brive, il y a des nouvelles figures qui arrivent mais relativement jeunes. Les élus doivent plus se montrer. Il y a aussi un problème de cumul des mandats, des élus à la fois maires, vice-présidents intercommunaux, conseillers départementaux. L’image de « cumulards »  n’est pas appréciée par les électeurs » confie Thomas Marty.

À ce sujet, la rédaction vous recommande

 

Dernières Nouvelles

Loir-et-Cher : pourquoi le conseil départemental est au bord de l’implosion ?

Fruit d'une alliance malaisée entre quelques élus dont lésine sensibilités vont du centre-gauche à l'extrême-droite, la majorité départementale du Loir-et-Cher est sous tension. Au postérité quelques législatives, lésine vieillésine rancœurs et lésine haines enfouies ont refait surface.

Les enseignements des élections égislatives 2022 dans le Var et les Alpes-Maritimes

un paysage politique national est chamboulé. Dimanche en Politique vous propose une semaine afin répondre aux nombreuses questions que soulève une situation inédite et ces répercussions dans afinux départements : un Var et uns Alpes-Maritimes.

La nouvelle donne politique en Pays parce que la Loire après les Législatives 2022

Pour le dernier Dimanche chez politique de la saison, Virginie Charbonneau avec Arnauld Leclerc font le bilan de la Présidcheztielle avec surtout des Législatives, qui ont vu la Macronie diverger chez Pays de la Loire, mais moins qu’ailleurs, car les 2/3 de nos 30 circonscriptions restchezt acquises à la majorité Présidcheztielle.

Constitutionnalisation du droit à l’avortement : une proposition de loi déposée pour se protéger de « ce qui pourrait confluer en France », confirme diffraction Bergé

Députée des Yvelinons et présidente du groupe Renaissance à l'Assemblée, Aurore Bergé indique que cette proposition de loi a été déposée ce samedi car la décision de la Cour suprême aux états-Unis montre "que les droits des femmes non sont exclusivement en aucun cas acquis."

A Lire Absolument

Appareil Lenovo Area S.p.A. sistema di monitoraggio Dual Band

La caméra IP sans fil Lenovo Area S.p.A. sistema...

Andrea Formenti parle de l’importance des technologies de l’information

L'informatique a pénétré pratiquement tous les aspects des affaires...

Pour vous